Découverte de l’apiculture et savoir protéger les abeilles.

Mois : avril 2021 Page 1 of 2

La France ne doit plus opposer l’apiculture à l’agriculture,

 Le Monde du 15 avril 2021 :

Nous remercions ici le journal le Monde d’avoir ouvert ses colonnes à Frank Alétru, président du Syndicat national d’apiculture (SNA) ; Thierry Dolivet, responsable de la commission apicole nationale de la Confédération paysanne ; Patrick Gruez, administrateur de Provence Miel ; Christian Pons, président de l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) ; Béatrice Robrolle, présidente de l’association Terre d’abeilles ; Marie-France Roux, porte-parole de la Fédération française des apiculteurs professionnels (FFAP) ; Joël Schiro, président du Syndicat des producteurs de miels de France (SPMF),

et nous remercions chacun d’entre eux leur prise de position à l’encontre du discours de la FNSEA et de l’interprofession apicole Interapi, lesquels proposent, d’écouter « la sagesse du terrain », et « d’éviter de nous focaliser « sur l’interdiction de certains produits de traitement que nos voisins européens continueront à utiliser » !!!!!!

Nous faisons nôtre la prise de position des organisations apicoles françaises, dont nous reprenons ici quelques éléments :

La sagesse du terrain… parlons-en ! Car ce « terrain » évoqué par les signataires de la tribune, les abeilles le connaissent bien. Il est miné aux pesticides.

Menacées de disparition imminente comme les autres insectes pollinisateurs sauvages, elles en sont les malheureuses victimes depuis le début de l’histoire de la protection des cultures et en particulier depuis ces trente dernières années, avec l’évolution constante des molécules utilisées telles que les néonicotinoïdes. Les apiculteurs en font les frais, de façon récurrente : 30 % de mortalité annuelle des colonies d’abeilles,..sans avoir jamais été indemnisés !

Et parce qu’ils osent dénoncer cette réalité qui détruit leur outil de travail – conséquence de dysfonctionnements scandaleux dans les processus d’autorisation de mise sur le marché des poisons, et de cet effroyable système qui consiste à encourager leur usage –, ils sont en prime accusés par ceux qui l’entretiennent, de pratiquer un « agribashing » ! (présupposé dénigrement systématique du secteur agricole)

Des substances toujours plus toxiques

La « sagesse » d’un terrain favorable aux insectes pollinisateurs, c’est la qualité sanitaire des fleurs qu’il leur procure, exemptes de résidus de pesticides. La population d’insectes volants a chuté de plus de 75 % en Europe en l’espace de trente ans.

L’objet de cette tribune inspirée par la FNSEA et que nous dénonçons vivement, est de contester la révision de la réglementation encadrant l’usage des pesticides (l’arrêté « abeilles », datant de 1975 et modifié en 2003), leur classification et leurs conditions d’application. Son but est aussi de rejeter aussi la révision des homologations que nous, apiculteurs et défenseurs de l’environnement, revendiquons depuis tant d’années.

Un plan pollinisateur qui tarde

Le plan pollinisateurs prévoit ainsi, en particulier, la révision de l’arrêté « abeilles », depuis longtemps obsolète. Une révision indispensable et urgente, maintes fois promise, mais toujours reportée. Cet arrêté a fait l’objet d’un avis de l’Anses publié en février 2019.

L’Anses, devenue en 2011 laboratoire européen de référence pour la santé des abeilles, a formulé également des orientations en particulier – d’élargir à toutes les catégories de pesticides l’interdiction de traitement sur cultures en fleurs, – et de limiter l’autorisation des épandages de pesticides sur ces cultures exclusivement à partir du coucher du soleil (tel que défini par l’éphéméride) et dans les trois heures suivantes.//

Une préconisation prometteuse

La seconde préconisation majeure de l’Anses – appliquée depuis plusieurs années déjà, avant même le nouveau cadre réglementaire attendu, par la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de Vendée, la coopérative des vins des coteaux de Buzet, la coopérative Cavac pour les semences de colza, l’Association nationale pommes-poires dans le cadre des vergers labellisés écoresponsables, etc. – s’avère efficace et prometteuse.//

Elle permet aux agriculteurs de bénéficier de l’impact économique considérable que génère la pollinisation de leurs cultures, quantitativement et qualitativement, et de réduire significativement, aussi, les quantités de pesticides utilisés. Elle contribue à mieux protéger leur santé, ainsi que celle des riverains.//

La France ne doit plus opposer l’apiculture à l’agriculture, ni feindre d’ignorer encore la valeur économique de la pollinisation. Notre indépendance alimentaire, que la crise sanitaire a mise en lumière comme un objectif prioritaire, est intimement liée à l’avenir des abeilles et de l’ensemble de la faune pollinisatrice.

Mortalité des colonies d’abeilles durant l’hiver 2020-2021

Si vous avez déjà répondu à l’enquête, nous tenons à vous remercier pour votre participation.Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous invitons à y participer avant le 03 mai 2021, que la mortalité observée dans votre (vos) rucher(s) à l’issue de l’hiver soit nulle, moyenne ou forte.Votre questionnaire est accessible à partir du lien suivant :
Répondre à l’enquête

FRELON ASIATIQUE

Piégeage de printemps 2021 Rucher Ecole du Pilat

Rencontres sanitaires apicoles GDS 42

Rencontres sanitaires apicoles en Auvergne Rhône-Alpes

2ème édition

Suite à un problème informatique, le lien du précédent mail n’a pas été fonctionnel pendant les dernières semaines. Pour ceux qui n ‘ont pas pu se rendre directement sur le site de la FRGDS AURA, veuillez accéder à l’ensemble des interventions sous format vidéo, ainsi que les présentations en format pdf, additionnées d’une synthèse des questions/réponses abordées durant les interventions, par le lien suivant :
 
 
 
 
Accédez aux conférences
 
 
*FRGDS : Fédération Régionale des Groupements de Défense Sanitaire
*GTV : Groupement Technique Vétérinaire
*ADA : Association pour le Développement de l’Apiculture

Changement brutal de températures : une menace pour l’équilibre des abeilles ?

Nous avons lu attentivement l’article de Léa Breuil, et nous la remercions pour ses interviews de nos collègues d’Auvergne, et nous y avons trouvé des tas d’enseignements pour nos colonies de la Loire.

M-Comme…

… pourquoi pas : Météo

Abreuvoir pour abeilles…

et pas que !

Merci à Adrien Ducouloux : vos vidéos sont saisissantes ! : https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/nature-un-apiculteur-filme-pendant-trois-ans-son-abreuvoir-pour-abeilles-avec-un-piege-le-resultat-est-surprenant-2011702.html

et merci bien sûr à France 3 Bourgogne Franche comté.

A-Comme….

… pourquoi pas Abreuvoir…

ou .. A l’ écoute de vos articles.

Loire : des solutions pour aider les abeilles (et les apiculteurs) à ne pas avoir le bourdon

merci à Arno Visconti de France-Bleu pour son excellent article du 13 avril dernier : https://www.francebleu.fr/emissions/100-solutions/saint-etienne-loire/loire-des-solutions-pour-aider-les-abeilles-et-les-apiculteurs-a-ne-pas-avoir-le-bourdon

Nous y trouvons effectivement tout ce que nous ne pouvons ignorer : la météo – le varroa – le frelon asiatique – … et bien sûr comment devenir apiculteur

Tableau « clé détermination maladies de l’abeille.

Tableau fait par Richard MOREL

Page 1 of 2